Auteur : lauradeguil

Toutes les bonnes choses ont une fin…

Vendredi 12 juin 2015, Oudomxay, jour 25

Le travail continue à Ban Houey Oun, la pluie n’ayant pas fait son apparition de la matinée. Malheureusement, nous sommes obligés de nous arrêter de façon précoce à cause d’un manque de parpaings. Nous n’avons que 200 parpaings sur les 250 prévus. Seules deux rangées supplémentaires ont pu être posées. Mais c’est un mal pour un bien ; en effet, nous affrontons le personnel de la DPE (Direction Provinciale de l’Enseignement) cet après-midi, et une petite matinée de travail nous permet de rester en forme !

Les deux rangées de parpaings posées dans la matinée / The first two bricks ranges made during the morning

Les deux rangées de parpaings posées dans la matinée / The first two bricks ranges made during the morning

Le match de football démarre à 15h30 avec les équipes masculines. Le score est serré à la fin de la première mi-temps : 5-5 avec deux réalisations de l’attaquant Alexandre Catimel, deux du milieu Quentin Baude et un dernier but de Matthieu Fresse. Les équipes féminines démarrent à la mi-temps du match des garçons. La concurrence est moins forte, le score est de 5-0 à l’issue des trente premières minutes, en faveur des valeureuses joueuses du projet.

La seconde mi-temps du côté masculin est à l’avantage de la DPE qui finit par l’emporter 11-8 après une heure de jeu éprouvante en plein soleil. Les filles quant à elles continuent de dérouler et sauvent l’honneur de la France en gagnant sur le score de 11-1.

Les deux équipes masculines / The two men teams

Les deux équipes masculines / The two men teams

Les deux équipes féminines / The two women teams

Les deux équipes féminines / The two women teams

La journée se termine par une partie de pétanque avec M. Lexay et le directeur de la DPE, partie là encore gagnée par la DPE ; la revanche est prévue la semaine prochaine.

Lundi 13 juin 2015, Oudomxay, jour 28

La météo n’est pas de notre côté aujourd’hui : des trombes d’eau s’abattent sur nous au moment où nous arrivons à Ban Houey Oun. Il est donc impossible de travailler dans ces conditions. Nous retournons chez Duangta penauds de ne pas avoir pu avancer dans la construction ; demain, nous mettrons les bouchées doubles.

Comme d’habitude, une équipe rejoint les enfants à Ban Nasaenkham pour l’après-midi. Au programme : découverte des animaux en anglais et pâte à sel pour illustrer la théorie ; les enfants sont ravis !

Les enfants apprennent les animaux avec de la pâte à sel / The children are learning animals with salt paste

Les enfants apprennent les animaux avec de la pâte à sel / The children are learning animals with salt dough

 

Mardi 14 juin 2015, Oudomxay, jour 29

Cette fois-ci, pas de pluie à l’horizon. Le travail reprend de plus belle et avec une équipe surmotivée et des villageois nombreux, nous parvenons à monter les murs extérieurs et les bases des murs intérieurs : cette matinée est très productive.

IMG_6890

A Ban Nasaenkham, l’après-midi est consacrée à la réalisation des cartes de remerciement destinées aux contributeurs du site de crowdfunding qui nous a permis de récolter une large partie des fonds nécessaires à notre mission.

Mercredi 15 juin 2015, Oudomxay, jour 30

Bonne surprise en arrivant sur le chantier : les villageois ont terminé les murs intérieurs. Il ne nous reste plus qu’à finir le trottoir entamé par les Hmongs pendant le week-end. Après quelques déboires liés à l’arrivée d’eau (toujours la même…), nous entamons la confection du béton et à la fin de la matinée, le trottoir est presque achevé. Il ne nous restera plus qu’un petit morceau à combler.

DSCN0601

L’équipe de Ban Nasaenkham aborde cette fois-ci avec les enfants le lexique des émotions en anglais, et après quelques travaux manuels, nous organisons une balle au prisonnier.

Les enfants découvrent les motions en anglais / The children are discovering emotions in english

Les enfants découvrent les émotions en anglais / The children are discovering emotions in english

Jeudi 16 juin 2015, Oudomxay, jour 31

Ce matin, fin du chantier de Ban Houey Oun. Nous finissons le trottoir extérieur en seulement deux heures ! Définitivement, nous maîtrisons le béton Lao.

Le trottoir est enfin fini / The walkway is finally done

Le trottoir est enfin fini / The walkway is finally done

L’après-midi, nous organisons des olympiades pour les enfants de Ban Nasaenkham. Nous formons quatre équipes, supervisées chacune par trois ou quatre personnes de notre groupe. Après différents affrontements (relais, balle au prisonnier, béret et quizz d’anglais), l’équipe numéro trois remporte haut la main le titre de vainqueur. Les enfants sont ravis de ces activités, et à la fin ils repartent avec divers cadeaux.

IMG_6996

Les équipes s’affrontent dans des quizz / The teams are playing quizzes

_DSC0149 _DSC0165
Les enfants repartent avec leurs cadeaux / The children leave with their gifts

Les enfants repartent avec leurs cadeaux / The children leave with their gifts

Des adieux déchirants ... / A hard farewell...

Des adieux déchirants … / A hard farewell…

Le soir, nous organisons un dîner avec Duangta et toute sa famille. Nous achetons tous les produits nécessaires au repas en compagnie de Mo, la belle-fille de notre hôte, préparé par la famille avec notre aide.

Avant le dîner, ils organisent une cérémonie Baci en notre honneur afin de nous remercier. Nous sommes tous réunis autour d’une table ornée de feuilles de bananier, de fleurs et d’offrandes. Le chef de cérémonie (notre chauffeur) prononce des incantations pour nous souhaiter bonne chance pour la suite de notre mission. A la fin, tous les membres de la famille nouent des bracelets autour de nos poignets, bracelets destinés à nous porter chance pour notre vie future.

Après le dîner, nous profitons de notre avant-dernière soirée ensemble pour danser au son de musiques lao.

IMG_0966

Vendredi 17 juin 2015, Oudomxay, jour 32

Après une courte nuit, nous avons rendez-vous à Ban Houey Oun pour une nouvelle cérémonie en présence du représentant du gouverneur du district, de M. Lexay et des différents chefs de village (Ban Houey Gname, Ban Nasaenkham, Ban Houey Oun, Ban Houey Tong). Après trois heures de discours, nous assistons à une nouvelle céremonie Baci, présidée par le chamane du village de Ban Houey Oun. S’en sont suivi un repas avec les villageois et quelques festivités.

IMG_0981

La cérémonie du Baci / The Baci ceremony

Nos deux chefs de projet en compagnie du représentant du gouverneur / Our two project managers with the representant of the Governor

Nos deux chefs de projet en compagnie du représentant du gouverneur / Our two project managers with the Governor’s deputy

Nous repartons chez Duangta le cœur lourd ; les villageois nous sont reconnaissants.

Samedi 18 juin 2015, Oudomxay, jour 33

Oudomxay, c’est fini, et dire que c’était la ville de notre premier amour.

C’est le départ, après un rangement de notre lieu de vie, nous disons au revoir à notre famille d’accueil. Les adieux sont difficiles mais il est temps de partir pour Muang Ngoy.

Un trajet de cinq heures en bus et une heure de bateau nous attendent pour relier notre prochaine ville-étape.

Après quelques difficultés, nous atteignons Muang Ngoy. Ce petit village pittoresque se situe au nord-est du Laos, au bord de la Nam Ou, au milieu des montagnes.

DSC_0048 (2)

Le village de Muang Ngoy / The Muang Ngoy village

Contrairement à nos attentes, nous logerons en guesthouse et non pas chez les villageois.

Le contraste avec Oudomxay est total. Ce village n’est constitué que d’une rue principale en terre bordée de commerces touristiques (bar, restaurants, guest house).

Nous visitons l’école du village dans laquelle nous sommes susceptibles d’organiser des cours d’anglais.

L'école de Muang Ngoy (petit clin d'oeil à la mission de l'année dernière) / The Muang Ngoy school (which was painted by last year mission)

L’école de Muang Ngoy (petit clin d’oeil à la mission de l’année dernière) / The Muang Ngoy school (which was painted by last year mission)

Demain, un professeur nous fera visiter les alentours.

Lundi 20 juin 2015, Muang Ngoy, jour 35

Après un dimanche touristique (excursion dans une grotte et un village typique), nous partons pour un trek d’une heure pour rejoindre le village d’Atchan. En arrivant sur place, nous rencontrons les professeurs et visitons l’unique école du village. Les villageois souhaiteraient la construction d’une école pour les enfants de 3 à 5 ans, ces derniers étant occupés à aider leurs parents aux rizières une fois le temps des récoltes venu.

L'école d'Atchan / Atchan school

L’école d’Atchan / Atchan school

Nous assistons cette fois à une cérémonie Baci en l’honneur de deux jeunes mariés.

Demain, un nouveau trek est prévu pour visiter deux autres villages.

Publicités

L’aventure continue !

Jeudi 4 Juin 2015, Oudomxay, jour 17

Nouveau rebondissement ce matin, nous n’allons finalement pas à Ban Houey Oun mais à Ban Nasaenkham. C’est là que se trouve la première école financée par DG Laos dont la construction est totalement terminée. Notre travail consiste en la rénovation de deux bâtiments, l’un ayant besoin de nouvelles peintures, l’autre la mise en place d’une rigole que nous allons recouvrir d’une dalle de béton afin d’éviter les inondations en cas de forte pluie.

Peinture des claustras

Peinture des claustras

Mise en place de la rigole

Mise en place de la rigole

Bonne nouvelle : nous pourrons désormais donner des cours d’anglais aux enfants du village tous les après-midis entre 15h et 17h. Comme nous sommes nombreux sur le chantier, une partie de notre équipe commence déjà à donner des cours, tandis que d’autres entament les travaux.

Les enfants sont venus en masse ; ils sont plus de quatre-vingts à nous avoir accueillis et les occuper n’est pas de tout repos. Nous organisons des activités manuelles, des cours d’anglais et des jeux. Les enfants sont ravis, nous le sommes aussi !

Notre présence attire beaucoup d'enfants

Notre présence attire beaucoup d’enfants

Les enfants se révèlent très doués en sculpture

Les enfants se révèlent très doués en sculpture

Les enfants sont concentrés sur leurs œuvres de pâte à sel

Les enfants sont concentrés sur leurs œuvres de pâte à sel

Du côté des travaux, la forte présence des villageois accélère considérablement la pose de la rigole et de la dalle ; ça ne rigole pas ! A la fin de la matinée, cette phase est terminée, il ne restera plus qu’à finir les peintures.

Si le programme ne change pas (chose incertaine au Laos), nous reviendrons ici demain.

Vendredi 5 juin 2015, Oudomxay, jour 18

Surprise : pas de changement de programme aujourd’hui ! Nous retournons donc à Ban Nasaenkham, mais cette fois-ci les villageois ne sont pas là pour nous accueillir et les enfants sont bien moins nombreux que la veille. Malgré cette petite déception, nous continuons la peinture et les cours. D’ailleurs le nombre restreint d’enfants nous permet de travailler plus efficacement en formant de petits groupes. La rénovation des peintures est plus importante que prévue, nous manquons rapidement de matières premières, il faudra en racheter la semaine prochaine.

Surprise ! Le programme ne pouvait être maintenu toute la journée : le match de volley prévu face à la DPE est reporté à la semaine prochaine.

Des petits groupes sont formés pour les cours d'anglais

Des petits groupes sont formés pour les cours d’anglais

Lundi 8 juin 2015, Oudomxay, jour 21

Retour à Ban Nasaenkham. Coup de malchance : nous devions poser les faux-plafonds mais ils ne sont pas à l’école. Nous profitons de la matinée pour finir la peinture et continuer les cours d’anglais.

L’après-midi, un groupe retourne à l’école pour continuer le travail avec les enfants. Pendant ce temps, les autres se reposent chez Duangta. Repos contrarié par une réparation nécessaire du toit. En effet, la saison des pluies a commencé et nous nous sommes rendu compte qu’il y avait une fuite au-dessus du dortoir des garçons.

Mardi 9 juin 2015, Oudomxay, jour 22

Malgré une pluie persistante, nous décidons d’aller à Ban Houey Oun pour finir le trottoir entamé la semaine dernière. Le travail n’est pas des plus faciles : les sacs de ciment dont nous avons besoin pour faire le béton ont pris l’humidité après avoir été stockés longtemps dans des paillotes de bambou. Nous réussissons cependant à en sauver certains, et même si nous n’arrivons pas jusqu’au bout du trottoir, le travail est quasiment terminé à la fin de la matinée.

Le travail se poursuit sous la pluie

Le travail se poursuit sous la pluie

Comme prévu, une équipe repart l’après-midi à Ban Nasaenkham pour les cours. Cette fois-ci, les enfants apprennent l’alphabet anglais. L’autre partie de notre groupe s’occupe des courses de la semaine.

Mercredi 10 juin 2015, Oudomxay, jour 23

Lors de notre passage à la briqueterie pour récupérer les briques destinées à la construction de l’école de Ban Houey Oun, nous apprenons que celles-ci ne nous serons finalement pas livrées.

Il est trop tard pour en commander de nouvelles. Nous essayons d’autres briqueteries, mais aucune n’a le nombre de briques dont nous avons besoin. Les chefs de projets, accompagnés de la trésorière et de notre responsable BTP (alias Tintin, également co-respo blog) se rendent à la DPE pour trouver une solution avec M. Lexay. Il est finalement décidé que nous achèterons des parpaings à la place des briques. La commande est effectuée directement après cette réunion. Nous pourrons démarrer demain.

Pendant ce temps, l’autre partie du groupe se rend à Ban Houey Oun pour finir le trottoir. Malgré la pluie, nous parvenons enfin à couler le reste du béton.

Le trottoir fini de Ban Nasaenkham

Le trottoir fini de Ban Nasaenkham

Pour cette nouvelle après-midi à Ban Nasaenkham, les enfants apprennent à reconnaître les couleurs en anglais à l’aide de coloriages.

Coloriages avec les enfants

Coloriages avec les enfants

Jeudi 11 juin 2015, Oudomxay, jour 24

Aujourd’hui, retour à Ban Houey Oun. Mauvaise surprise : pas de parpaings. Pas de parpaings, pas de murs. Pas de murs, pas d’école. Pas d’école… pas d’école. Cependant, nous arrivons à joindre le fournisseur, qui nous livre 250 des 1600 parpaings que nous avons commandés. Après l’arrivée du chef de village qui nous montre comment les poser, nous commençons les murs. La matinée étant déjà bien avancée, nous n’avons le temps de poser que la première rangée de parpaings. Si le temps nous le permet, nous reviendrons demain.

Pose des premiers parpaings de l'école de Ban Nasaenkham

Pose des premiers parpaings de l’école de Ban Nasaenkham

Comme à l’accoutumée, une partie du groupe se rend à Ban Nasaenkham dans l’après-midi pour un peu d’enseignement. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes enfants que la veille. Les couleurs n’étant toujours pas acquises, on reprend avec eux les coloriages.

Atelier d'écriture en petits groupes

Atelier d’écriture en petits groupes

PS : Pour les plus attentifs, vous aurez remarqué que dans une photo du précédent article, le villageois Hmong qui posait en tenue traditionnelle avec Jeanne n’est autre que notre deuxième chef de projet, Jean-Philippe. Bravo à ceux qui ont décelé cette « erreur » !

Work in progress…

Mercredi 27 mai 2015, Oudomxay, jour 9

Il est 6h30, Oudomxay s’éveille. Nos deux équipes sont fin prêtes pour attaquer les choses sérieuses !

Notre camion dépose le premier groupe à l’école de Ban Houey Gname. Au programme : d’une part, peinture des murs extérieurs et des piliers de soutien ; d’autre part, terrassement, préparation du béton et mise en place des coffrages pour les trottoirs extérieurs. Les villageois se sont très rapidement joints à nous et le travail s’est fait dans la joie et la bonne humeur.

Ecole DG Laos de Ban Houey Gname avant les travaux

Ecole DG Laos de Ban Houey Gname avant les travaux

Mise en place des coffrages avec les villageois de Ban Houey Gname

Mise en place des coffrages avec les villageois de Ban Houey Gname

DSC_0152

Baptiste le roi de la taloche !

Pendant ce temps, le camion dépose l’autre partie du groupe à Ban Houey Tong. Les villageois ne sont malheureusement pas au courant de notre venue. Malgré tout, nous effectuons le travail préparatoire à la pose des chapes intérieures, et nous organisons des jeux avec les enfants du village. En milieu de matinée, cette deuxième équipe rejoint la première pour la seconder. Le travail en est d’autant plus rapide !

Technique laotienne de fabrication du béton

Technique laotienne de fabrication du béton

L’après-midi, certains retournent sur le chantier, pendant que d’autres se chargent des courses pour la fin de la semaine.

A la fin de la journée, les trottoirs de Ban Houey Gname sont presque terminés, la peinture est bien avancée, quelle efficacité ! Demain, nous continuons sur cette lancée en espérant que les travaux avanceront aussi vite à Ban Houey Tong.

DSCN0419

Jeudi 28 mai 2015, Oudomxay, jour 10

Debout les gars, réveillez-vous, il va falloir en mettre un coup ! Nos deux équipes se sont de nouveau séparées pour travailler sur leurs chantiers respectifs. Du côté de Ban Houey Gname, le dernier trottoir est terminé et la peinture continue. Les enfants sont toujours aussi contents de jouer avec nous, et les villageois se réjouissent de voir leur école bientôt terminée.

Du côté de Ban Houey Tong, tout le village s’est réuni sur la colline de l’école pour couler les dalles des deux salles concernées. Ici, les moyens sont assez réduits. Nous découvrons une technique de fabrication du béton singulière, mais extrêmement rapide : on réunit tous les matériaux en tas dans la pièce, on creuse un puits, on y ajoute l’eau et on mélange. Le résultat est néanmoins plus mitigé qu’à Ban Houey Gname. Les prochains jours seront consacrés à la peinture des murs intérieurs.

Fabrication du béton à Ban Houey Tong

Fabrication du béton à Ban Houey Tong

Vendredi 29 mai 2015, Oudomxay, jour 11

A Ban Houey Gname c’est jour de fête ! Le village de Ban Houey Gname s’est réuni à l’école pour célébrer la fin des travaux en présence de Monsieur le Gouverneur du district d’Oudomxay et de tous les professeurs. Ils organisent une cérémonie de remerciements à l’égard des contributeurs du projet : DG Laos, et dans une moindre mesure notre association.

Ecole de Ban Houey Gname terminée

Ecole de Ban Houey Gname terminée

A Ban Houey Tong la première salle est entièrement peinte en blanc. Entre deux couches, nous occupons les enfants en jouant avec eux ou en leur apprenant les bases du vocabulaire anglais.

Cours d'anglais à Ban Houey Tong

Cours d’anglais à Ban Houey Tong

L'équipe de Ban Houey Tong avec les enfants du village

L’équipe de Ban Houey Tong avec les enfants du village

Une fois le travail fini cette deuxième équipe rejoint la première à Ban Houey Gname pour participer au déjeuner préparé par les Laotiens en notre honneur. Nous restons toute l’après-midi en leur compagnie en organisant des matchs de pétanque et de volley opposant Laotiens et Français.

Repas après la cérémonie en compagnie des professeurs, de Daniel Gilbert président de DG Laos et du directeur de la DPE

Repas après la cérémonie en compagnie des professeurs, de Daniel Gilbert président de DG Laos et du directeur de la DPE

DSC_0587

Partie de Volley-ball avec les Laotiens

IMG_6524

Jeanne notre chef de projet en tenue traditionnelle Hmong en compagnie d’un villageois

Nous retiendrons de cette après-midi qui nous a tous réjouis la générosité des Laotiens et la convivialité du moment.

Lundi 1er juin 2015, Oudomxay, jour 14

Après un week-end de repos, nous reprenons les travaux dans les deux écoles.

L’équipe de Ban Houey Gname se consacre aux finitions des peintures (les portes, l’étendard). Nous donnons des cours d’anglais aux enfants pendant le reste de la matinée.

Cours avec les enfants dans l'école de Ban Houey Gname

Cours avec les enfants dans l’école de Ban Houey Gname

A Ban Houey Tong, l’équipe s’occupe de la peinture de la deuxième salle sans pouvoir la finir, une partie des enduits n’ayant pas été faite.

IMG_2152
Murs intérieurs de l'école de Ban Houey Tong

Murs intérieurs de l’école de Ban Houey Tong

L’après-midi, quelques-uns d’entre nous vont acheter les matériaux nécessaires aux travaux de l’école DG Laos de Ban Nasaenkham que nous commencerons demain.

Mardi 2 juin 2015, Oudomxay, jour 15

Après une réunion avec la Direction Provinciale de l’Enseignement (DPE), nous avons changé de programme. Il s’avère que les plans prévus à l’origine pour l’école de Ban Nasaenkham ne conviennent pas. Nous allons donc finalement à Ban Houey Oun, l’école la moins avancée des quatre dans lesquelles nous devons travailler. Le toit n’ayant pas encore été posé, nous ne pouvons pas entamer la construction des murs en brique. Nous commençons donc par les trottoirs extérieurs. Le trottoir étant plus haut et plus large qu’à Ban Houey Gname, cela nous prendra plus de temps. Après de longs préparatifs (approvisionnement en matériaux, terrassement, coffrage), nous ne pouvons couler qu’un quart du trottoir. Dans le même temps, les villageois ont continué la mise en place de la charpente. Une fois qu’elle sera finie, nous pourrons attaquer la pose des briques.

Ecole de Ban Houey Oun en cours de construction

Ecole de Ban Houey Oun en cours de construction

La matinée ayant été harassante, l’après-midi est consacrée au repos, à quelques activités avec les petits-enfants de Duangta, et à d’autres petites courses pour la maison.

Mercredi 3 juin 2015, Oudomxay, jour 16

A cause d’un contretemps technique (arrivée d’eau irrégulière), nous ne pouvons commencer les travaux qu’à 9h15. Une fois ce problème réglé, la fabrication du béton reprend de plus belle. Les travaux avancent vite car toute l’équipe a acquis les bases du travail du béton. Nous sommes devenus des pros du BTP lao ! Nous avons coulé plus de la moitié du trottoir, il devrait être terminé demain. C’est aussi demain qu’aura lieu notre prochaine réunion avec le directeur des travaux, M. Lexay. Nous saurons alors quelle sera la suite de notre programme une fois que le trottoir sera fini.

Début du trottoir à Ban Houey Oun

Début du trottoir à Ban Houey Oun

Cette après-midi est destinée à l’achat de nourriture au marché pour les trois prochains jours, puisque nous cuisinons désormais presque tous nos repas chez Duangta.

PS : une erreur s’est glissée dans l’article, à vous de la découvrir… Réponse dans le prochain article !

Oudomxay, nous voilà !

Vendredi 22 mai, Luang Prabang, jour 4

IMG_1890

C’est le grand départ, nous entamons un périple de 6 heures en bus pour rejoindre Oudomxay, notre prochaine étape. Le trajet ne fut pas de tout repos, mais malgré une route difficile, nous avons pu découvrir l’environnement que nous allons côtoyer pendant les quatre prochaines semaines.

IMG_1911

Paysage de bord de route

Le chemin emprunté change radicalement du paysage que nous avons observé à Luang Prabang : des montagnes à perte de vue, recouvertes d’une végétation très dense et de petits villages de maisons de bambous recouvertes de toits de chaume.

Après notre arrivée à Oudomxay, nous avons été accueillis par notre hôte pour le mois à venir, Duang Ta, une ancienne professeur de français devenue interprète qui sera notre intermédiaire avec les habitants des différents villages dans lesquels nous interviendrons.

Ce premier contact conforte l’image que nous nous étions faite des Lao : des gens ouverts et accueillants. Nous logerons donc dans sa maison, spécialement aménagée pour l’occasion, en compagnie de sa famille. Les petits-enfants de Duang Ta nous ont rapidement adoptés comme partenaires de jeu, rendant notre installation encore plus agréable. Les conditions de vie sont radicalement différentes de celles que nous connaissons en France, mais Duang Ta fait tout pour que l’on se sente à l’aise.

IMG_6175

Dortoir des garçons

Une fois notre installation terminée, nous sommes partis à la découverte d’Oudomxay, une ville à l’opposé de Luang Prabang : des bâtiments industriels beaucoup plus nombreux, une forte présence chinoise, peu de monuments historiques et aucun touriste.

Demain nous allons découvrir les villages dans lesquels nous allons travailler.

Samedi 23 mai, Oudomxay, jour 5

Comme promis, nous découvrons les deux premières écoles à la construction desquelles nous participerons. Elles se situent dans deux villages Hmong distants de quelques kilomètres de la maison, Ban Houey Tong et Ban Houey Gname.

DSCN0299

Village de Ban Houey Tong vu de l’école

Tout d’abord méfiants, les villageois ont finalement accueilli notre venue avec le sourire.

Les écoles visitées nécessitent des travaux divers : enduits, peintures, dalles à l’intérieur et en dehors des bâtiments ainsi que la pose de faux-plafonds dans les salles de classes. Ces constructions tranchent avec les anciennes paillotes faites de bambous qui servaient auparavant de salles de classes et sont désormais promises à la destruction en raison de leur taille et de leur vétusté. Nous allons aussi animer des activités parascolaires avec les enfants.

IMG_1010

Ancienne paillote utilisée auparavant comme salle de classe

IMG_6189

Ecole de Ban Houey Tong – sur la gauche le nouveau bâtiment, sur la droite l’ancienne paillote qui servait d’école

Ecole de Ban Houey Gname

Ecole de Ban Houey Gname

Nous visiterons les deux autres écoles demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne…

Dimanche 24 mai, Oudomxay, jour 6

Les deux dernières écoles de notre mission sont situées à Ban Nasaenkham et Ban Houey Oun.

La première est déjà intégralement construite, quant à la seconde elle nécessite le plus de travail, seuls les pylônes et les fondations sont présents. Il nous faudra attendre la pose de la toiture pour commencer à monter les murs de briques.

Ecole de Ban Nasaenkham

Ecole de Ban Nasaenkham

Phase 1 en cours de l'école de Ban Houey Oun

Phase 1 en cours de l’école de Ban Houey Oun

Cette matinée fut animée par la présence de touristes français et suisses, une famille avec ses trois enfants qui voyagent pendant cinq mois à travers toute l’Asie et deux étudiantes en plein trek dans l’arrière-pays Lao. Notre projet les a particulièrement enthousiasmés.

Des groupes se sont constitués pour la mise en place des repas, l’organisation s’améliore de jour en jour.

La pression monte, demain nous rencontrons le gouverneur du district d’Oudomxay et la direction provinciale de l’enseignement.

Lundi 25 mai, Oudomxay, jour 7

Pour la réunion de ce matin nous sommes sur notre « 31 ».

Le groupe avec Duang Ta, Daniel, M. Lessaï et le gouverneur du district

Le groupe avec Duang Ta, Daniel, M. Lessaï et le gouverneur du district

Le but de cette entrevue est de faire connaissance avec les autorités locales et de mettre en place le planning de nos actions sur le terrain. Afin que l’on puisse se comprendre, Duang Ta, notre hôte, fait office d’interprète.

Le gouverneur nous accueille chaleureusement tout en restant solennel. Nous rencontrons à cette occasion M. Lessaï, il sera notre référent pendant toute la durée des travaux. C’est lui qui a conçu les plans des cinq écoles de l’association DG Laos, il est le plus à même de superviser notre travail.

L’après-midi est consacrée à l’achat des fournitures et des matériaux dont nous avons besoin pour la construction mais aussi les activités avec les enfants : peinture, pâte à sel, ballons, etc.

A la fin de la journée, nous constituons les deux équipes qui se rendront aux écoles de Ban Houey Tong et Ban Houey Gname pour le début des travaux. Nous avons hâte de mettre les mains dans le cambouis !

Mardi 26 mai, Oudomxay, jour 8

Après nous être levés de bon matin, et nous être sustentés de quelques petits pains, nous passons chez le marchand récupérer du ciment, du gravier, du sable, de la peinture et des outils et nous partons en camion les déposer dans les écoles. Le temps nécessaire à la vérification des quantités de matériaux, à leur transport et leur déchargement ne nous a pas permis de commencer la construction aujourd’hui ; nous rejoindrons donc les villageois demain, le plus tôt possible pour ne pas subir la chaleur laotienne qui nous contraint à arrêter les travaux dès 14h.

DSCN0358

Déchargement du gravier à l’école de Ban Houey Gname

DSCN0343

« ça passe ! »

Nous apprenons par la même occasion que les enfants sont actuellement en examen et que nous ne pourrons les prendre en charge pour les cours et les activités qu’à partir de la semaine prochaine.

Deux écolières de l'école de Ban Houey Gname

Deux écolières de l’école de Ban Houey Gname

Sabaidee ! Bienvenue au Laos !

Lundi 18 Mai 2015. Aéroport de Roissy, jour 1.

Départ imminent, le Laos nous attend ! Toute l’équipe est prête pour s’envoler au pays du million d’éléphants, l’excitation est à son comble.. Groupe à l'aéroport Mais la fatigue aussi ! Fatigue Après notre arrivée à Luang Prabang et notre première rencontre avec Daniel Gilbert, notre premier partenaire, nous nous sommes rendus à notre Guest House, Mao Pha Sok. Guest house Lors de notre première réunion avec Daniel nous obtenons quelques informations supplémentaires sur le déroulement de notre mission à Oudomxay que nous rejoindrons ce vendredi. Nous irons donc dans quatre écoles différentes, dont la construction et l’entretien sont financés par son ONG, DG Laos, aidée par le projet pour la quatrième. Nous allons y organiser des activités telles que des cours d’anglais, de français mais aussi des activités manuelles et sportives. Après une installation rapide, Daniel nous a emmenés dans un restaurant laotien, nous permettant de découvrir des spécialités du pays, notamment un plat de légumes traditionnel accompagné de poisson. A cela a suivi une visite de la ville, guidée par Daniel. Groupe 1 Il nous a ensuite emmenés au bord du Mékong, profitant d’un coucher de soleil et du marché de nuit de la ville. Cette petite escapade nocturne a été conclue par un rapide diner dans une ruelle animée de la ville.

Mercredi 20 mai. Luang Prabang, jour 2.

8:00 : départ de la guest house pour une visite des temples bouddhistes. Daniel nous conduit dans les temples les plus emblématiques de Luang Prabang et nous finissons la matinée par un tour du marché de Phosy, le plus grand de la ville. IMG_5819 Nous nous sommes ensuite séparés pour découvrir les lieux plus en détail. La journée s’est finie par une ascension du mont Phousi, après laquelle nous avons été récompensés par un coucher de soleil magnifique depuis un temple bouddhiste dominant la colline.

Jeudi 21 mai. Luang Prabang, jour 3.

Pour conclure ces trois jours d’immersion dans la culture laotienne, nous avons navigué sur le Mékong dans un bateau typique jusqu’aux grottes de Pak Ou. Celles-ci sont renommées pour leurs « Mille Bouddhas », des statues du dieu de toutes tailles disséminées un peu partout dans deux grottes naturelles. IMG_604022 IMG_18332 Demain, nous partons très tôt pour Oudomxay. Après six heures de route, nous atteindrons enfin notre destination principale où notre mission va commencer…

DG Laos : notre partenaire au Laos

Fondée par Daniel Gilbert en 2011, l’association DG Laos (Développement du Laos et Gestion des livres au profit des écoles lao) promeut le développement des populations défavorisées du Laos en se concentrant sur l’éducation. Elle est active notamment dans la province d’Oudomxay où une école a déjà été construite grâce à l’association, et trois autres écoles sont en construction. S’ajoute à cela l’achat de matériel scolaire pour 35 villages de la région. L’association aide également à réaliser des opérations « bec de lièvre » sur des enfants.

Au fur et à mesure des semaines, nous essayons d’innover pour trouver de nouvelles activités sportives pour les enfants : ce sont maintenant des pros de l’épervier (1 2 3 The birds come out !) et de l’ultimate (freesbe). Nous faisons aussi face à un engouement féroce pour le badminton et la corde à sauter.

Quant aux activités de l’après-midi, nous alternons un jour sur deux : l’un préparation du spectacle Ban San’s got talent avec gymnastique, acrosport et danse, et l’autre activité manuelle. Ils découvrent avec joie les perles, les scoubidous et même les bracelets brésiliens.

L’après-midi peinture de masques dégénère rapidement en bataille de peinture généralisée et chacun se retrouve avec des peintures de guerres multicolores à la gouache.

Après les entrainements de gym où les plus hardis se lancent dans des roues, des ponts et des poiriers, nous allons nous baigner à deux reprises à la rivière. Cette semaine, les filles nous apprennent aussi une danse laotienne typique.

Mercredi 18 juin, Fanny a quitté l’équipe pour rentrer à Grenoble. A l’occasion de son départ, le chef du village nous invite à célébrer une cérémonie d’adieu : une cérémonie du Bassi, où nous mangeons des galettes de riz et lui souhaitons un bon retour. En tant que , elle a l’honneur de déguster des poumons de poulet.

De nouveaux élèves arrivent au compte-goutte en cours d’anglais, se rajoutent à un groupe alors que d’autres ne viennent pas pendant plusieurs jours. Nous essayons de motiver les plus grands par des petits tests.

La kermesse du dimanche vient couronner cette fin de semaine. Les enfants s’éclatent au chamboule tout, à la pêche à la ligne avec une canne à pêche improvisée avec un bout de bâton et du fil à coudre, au stand de photo déguisé, à la course pieds liés.

We live in Ban San Village

Après une première semaine à Ban San principalement dédiée à la découverte des élèves et du village, nous nous installons peu à peu dans une routine assez confortable. L’organisation devient rodée. Nous sommes divisés en deux groupes de 7 : quand l’un fait le cours du sport du matin, le second se charge du cours d’anglais du soir et tous les jours nous alternons. De cette manière le roulement est équitable et nous ne nous lassons d’aucune des activités.

Les élèves sont tous très attachants et après une semaine nous connaissons presque tous leurs prénoms, ce qui est une grande fierté : 100 noms en une dizaine de jours c’est bien quand même !
Tous les matins, les élèves viennent donc à 6h30 devant l’école où nous les récupérons pour se diriger soit vers les champs de riz soit vers le temple. Ce sont les seuls terrains à Ban San assez grands pour accueillir du sport comme un match de football ou un jeu du béret. Ainsi nous tentons de faire marcher notre imagination et de leur proposer chaque jour un jeu ou un sport nouveau, ce qui se révèle de plus en plus dur. Dans tous les cas, nous arrivons à les faire se dépenser dans la fraîcheur du petit matin ce qui est le plus important.

Pour les trois heures de cours d’anglais qui suivent, nous avons répartis les élèves en 4 groupes (comme dit dans le précédent article). Nous nous sommes nous-mêmes séparés en 4 groupes de 3 ou 4 pour assurer les cours. Chaque semaine nous changeons de groupe. Par exemple, ceux qui avaient assuré les cours aux touts petits pendant une semaine passent aux débutants pour la deuxième puis aux intermédiaires pour la troisième. Les niveaux varient vraiment d’un groupe à l’autre. Nous voulons que chaque élève puisse faire l’expérience de professeurs différents avec des méthodes parfois différentes : plus ou moins d’autonomie, plus ou moins de jeux d’apprentissage. Nous tentons de leur inculquer la base de la langue anglaise tout en prenant compte du fait qu’à leur âge non plus nous ne parlions pas du tout. Nous nous rendons vraiment compte au fur et à mesure de la difficulté du métier d’instituteur : il peut être très décourageant de travailler pendant trois heures sur le verbe « to be » et de revenir le lendemain pour découvrir qu’ils n’ont rien retenu du tout.

Les après-midi sont plus amusants pour les enfants. Nous devenons vraiment complices avec eux, en les faisant dessiner, peindre, créer des bracelets ou des fleurs en tissus.

Depuis une semaine nous travaillons en plus sur un spectacle que les enfants devront présenter à la fin de notre séjour dans le village : attention voici venu « Laos has got talent » ! Le chant, la danse, la gymnastique seront entre autres représentés. Le début est assez laborieux, car les enfants ne comprennent pas du tout le principe, mais nous parvenons tout de même à progresser, avec beaucoup d’efforts.

Les cours du soir sont principalement un cours de discussion : les participants sont répartis aussi par niveau et nous passons une heure à discuter tout en leur enseignant du vocabulaire et de la grammaire courante dans la langue anglaise parlée.

A côté de nos journées très chargées nous avons pu faire des expériences assez incroyables durant notre deuxième journée sur place. Mardi et mercredi nous avons donc tous logés dans des familles du village : seul ou à deux nous avons partagé leurs vies (repas et sommeil) tout en essayant de maintenir la qualité de toutes les activités de la journée, ce qui s’est révélé extrêmement difficile car nous étions tous plus ou moins en retard, nous ne pouvions pas prévoir les cours à l’avance ce qui faisait perdre beaucoup de temps. Ce sont des familles d’élèves qui nous ont accueillis : nous avons pu voir vraiment comment une famille laotienne typique vit, le travail, la nourriture. Nous avons tous été accueillis comme des rois et choyés par nos familles. L’expérience nous a beaucoup plu, mais pour la bonne marche des cours nous devons rentrer dans la famille de Khan Kham.

Nous avons découvert que le jeudi 12 juin est pour Ban San un jour férié, consacré au repos. Nous avons donc profité de cette journée de liberté pour marcher un peu : nous avons visité des caves situées à 30 minutes du village. Les couloirs souterrains sont très profonds et nous passons bien une demi-heure à visiter ces grottes grâce à nos lampes torches. Tous les enfants sont venus avec nous et ils sont aussi effrayés de l’obscurité et de la glaise sous nos pieds que nous, ce qui d’une certaine manière est rassurant : nous ne sommes pas seuls à avoir la frousse dans ces caves. Nous ressortons, véritables aventuriers, pour nous diriger vers des champs de maïs où nous pouvons nous installer pour déjeuner.

Nous consacrons une autre journée à un concours de crêpes! Nous répartissons chaque équipe dans une famille du village, puis nous nous retrouvons pour déguster nos préparations à l’école.

Découverte de Ban San

Au retour de notre séjour à Muang Ngoy, nous nous installons dans une Guesthouse à Luang Prabang pour une semaine. Nous devons acheter toutes les fournitures nécessaires pour le mois à Ban San qui nous attend. Nous arpentons donc la ville à plusieurs reprises pour trouver divers objets : cahiers, stylos, ballons, compas, crayons de couleur, tissus,… Ban San étant un village relativement loin des grandes villes il est peu probable que l’on puisse retrouver là-bas des affaires s’il nous en manque, il est donc très important de bien calculer et planifier toutes les activités que l’on va réaliser avec la centaine d’enfants qui nous attend.

Nous partons dimanche matin pour Ban San. Nous effectuons 8h de bus sur des routes cabossées pour atteindre enfin le village. Après 8h tumultueuses, nous sommes accueillis au coucher du soleil par les enfants de l’école. Leurs grands sourires nous montrent qu’ils attendaient avec impatience notre arrivée ! Le premier contact se passe très bien, de nombreux sabaidii (bonjour en lao) sont échangés ! Après ces présentations, nous pouvons directement visiter l’école : une grande salle avec une sorte de cagibi séparé à l’arrière pour stocker les affaires. Juste derrière les toilettes des enfants. A Ban San nous finançons la construction d’une seconde salle de classe : la première serait consacrée aux études et la deuxième au développement personnel (musique, peinture, danse). Dans le futur, Khan Kham, notre partenaire sur place, voudrait pouvoir créer une troisième salle de classe pour accueillir les maternelles. De cette manière toutes les petites filles qui doivent garder les enfants dans la journée pourraient aller à l’école et les tous jeunes enfants pourraient apprendre à se développer à l’école sous la tutelle d’un professeur. L’école est très récente et est en plein développement : le premier bâtiment a été financé par un japonais en 2012.

Notre partenariat avec Ban San a été créé il y a plus d’un an avec Khan Kham. Le travail du groupe précédent avait permis de financer les meubles de la salle de classe et les fournitures scolaires de l’année dernière. C’est avec grand plaisir que nous voyons les photos accrochées au mur de nos prédécesseurs et les signes de marqueur « Donated by SOS Team » sur tous les meubles de la classe.

Nous nous installons dès le premier soir chez la famille de Khan Kham qui nous accueillera pour les 4 prochaines semaines. Les 10 filles dormiront dans une grande pièce tandis que les 4 garçons seront dehors. Les maisons laotiennes sont toutes construites sur pilotis, les garçons dormiront donc sous la maison (au frais pour la nuit mais réveillés par le coq dès 5h du matin !). L’accueil est chaleureux et la présence de Khan Kham qui effectue pour nous un vrai travail de traducteur nous aide beaucoup. Nous nous organisons rapidement car le lendemain une grosse journée nous attend. Dès 9h le lundi, Jean, Hugo, Arnaud et Sébastien sont sur le chantier de la deuxième salle de classe pour aider les villageois tandis que les filles font connaissances avec les enfants. Ils sont tous très accueillants. Nous constatons dès le début que les niveaux en anglais sont très variés : les petits enfants de 3 à 8 ans ne parlent pas du tout, et pour les plus âgés on passe de débutant à expert.

P1050750

Les cours d’anglais dureront trois heures et auront lieu tous les jours du lundi au samedi. Les enfants seront répartis en 4 groupes : les petits, les débutants, les intermédiaires et les experts. Le but est de tous les faire progresser au maximum pour optimiser notre action sur place. Nos journées sont chargées : de 6h30 à 7h30 sport, de 9h à 12h cours d’anglais, de 14h à 17h activités manuelles et sportives et enfin de 19h30 à 20h30 cours du soir en anglais. Le professeur d’anglais, M. Kham, nous épaule sur place pour tous nos contacts avec les enfants. Il traduit régulièrement nos propos en lao pour faciliter la compréhension (les règles d’un jeu par exemple). La première semaine nous a vite confirmé ce que nous supposions : les enfants ne savent pas écrire en anglais. C’est lors du petit test d’anglais qui avait été créé initialement pour répartir les enfants par niveaux que nous nous en sommes rendu compte. Pas d’écriture possible et donc pas de lecture non plus ! Mais hors de question de baisser les bras, notre équipe est déterminée à les sensibiliser au maximum à l’écriture et à la lecture !

Nous sommes très surpris par le niveau des plus âgés ! Il est bien meilleur que ce que nous pensions. Ceci vient du travail acharné de M. Kham qui exerce son métier avec passion et qui pousse toujours plus loin ses élèves. C’est ainsi que nous avons des conversations en anglais avec certains lors des cours du soir !

Nous nous sommes aussi rendu compte de la difficulté de travailler en 4 groupes différents dans une seule et même classe ! Lorsqu’un groupe fait une chanson, il dérange automatiquement tous les autres. Malheureusement tant que la deuxième classe n’est pas construite nous nous devons de nous organiser pour contrer ce problème. Notre équipe a donc pris conscience de la difficulté de travailler au quotidien avec les enfants. Nous sommes donc extrêmement fiers de financer l’ouverture de cette nouvelle classe.

Cette première semaine a été marquée par des évènements tels que le début de la construction de la deuxième salle, la cérémonie d’accueil de notre équipe, nos dégustations de noix de coco et de « jack fruit » chez M. Kham, notre grande chasse au trésor avec les enfants.

Comme noté ci-dessus, les garçons se sont attelés à la construction du deuxième bâtiment. Les villageois sont tous réunis (hommes et femmes confondus) pour creuser afin de planter les 8 poutres. C’est en moins de 10 minutes que tous sont déjà transpirants ! La chaleur n’a toujours pas baissée en ce début de semaine mais la mousson qui arrive doucement nous réjouit.

La cérémonie d’accueil a eu lieu le 4 juin à partir de 9h. Nous avons donc sorti pour cette occasion notre plus beau T shirt : le T shirt SOS ! Tous de vert vêtus, nous sommes accueillis par le gouverneur du district et les autorités du village. Plusieurs discours de remerciement sont prononcés. Ils nous sont tous traduits par Khan Kham. Puis Lindsay prit la parole pour remercier l’ensemble du village pour leur accueil et la gentillesse. Nous rappelons aussi nos objectifs ici, nos projets et notre volonté d’aider, pour les années à venir, le village de Ban San. Les enfants ont aussi assisté à la cérémonie et après les traditionnelles photos nous partageons tous ensemble (autorités laotiennes, professeurs, élèves et équipe SOS) un excellent déjeuner.

Dans l’après-midi, nous avons longtemps discuté avec Khan Kham qui nous a décrit toute son histoire. Nous avons donc écouté son enfance, son éducation au village et surtout d’où est née sa volonté de construire cette école.

Nous avons aussi été invités par M. Kham à partager des noix de coco. Il nous a présenté sa famille et est allé cueillir les 7 noix de coco ! Un vrai festin pour ceux qui aiment ça, un moment difficile pour ceux qui doivent manger par politesse. Nous sommes réinvités par M. Kham à venir déguster des jack fruits dans la semaine. Il est très touchant de constater avec quelle gentillesse et avec quelle sympathie nous sommes reçus.
La famille de Mr Kham, le professeur d'anglais

Enfin la semaine s’est clôturée avec une grande chasse au trésor pour les enfants. Répartis en 6 équipes, les enfants se sont confrontés à 6 différentes activités qui les ont tous menés vers leur trésor, des bonbons !
Pink Team!

La première semaine s’achève donc sur une très belle note mais notons tous de même que l’équipe est un peu au bout du rouleau ! Le dimanche après-midi devient donc une après-midi réservée à la sieste et au repos.

Actions humanitaires à Muang Ngoy

Première partie : voir la vie en bleue

Dans le village de Muang Ngoy, un bâtiment scolaire, un dortoir pour les filles et un pour les garçons ont été financés par SODEL et SOS, ainsi que des sanitaires attenants à l’école. Ils permettent aux enfants, qui habitent souvent dans des villages trop éloignés, de ne rentrer chez eux que pour le weekend. Notre mission ici est de terminer le dortoir des garçons : nous aidons à peindre le dortoir d’un bleu ciel éclatant. Les garçons de l’école sont aussi excités que nous à l’idée d’achever leur nouveau lieu de vie. En une matinée, la peinture est terminée et le bâtiment métamorphosé. D’ailleurs leurs cheveux sont aussi bleus que les murs, ils semblent bien s’être amusés. Ils poseront le lendemain la peinture rouge pour les volets et les finitions.

En train de peindre

Grâce à ces nouvelles infrastructures fraichement terminées, les élèves passent de petites huttes en pailles à même le sol à des chambres bleues et rouge, en dur.

Ancien dortoir Peinture finie

Seconde partie : tisser des liens

Une matinée est consacrée aux activités extra-scolaires, sportives et manuelles. De Luang Prabang, nous avons ramené des ballons (foot, volley), de quoi jouer au badminton et des ballons en osier dont les enfants raffolent pour jouer au volley uniquement avec leurs pieds. On propose aux 200 enfants plusieurs activités : du foot à la slackline en passant par les jeux classiques type 1 2 3 soleil, le béret, le facteur n’est pas passé. Malgré la chaleur, ils semblent s’amuser et c’est bientôt l’heure de passer aux activités manuelles. Répartis dans les salles de classes, nous leurs expliquons de notre mieux les règles d’un pictionnary improvisé ou encore des origamis.

Foot Slackline Salle de classe